DEMARCHE
La démarche derrière les images présentées à la seconde édition des Nuits photographiques d’Essaouira : ‘Voir loin et clair’
Ces photographies ont été prises dans la région autour de M’hamid dans le désert du Sahara au Maroc.
Une marche photographique initiatique de 5 jours pour s’imprégner du milieu, et être disponible à ce qui allait se présenter à moi, au rythme lent des pas.
Ces images parfois documentaires, parfois esthétiques, (ou les deux), sont un mélange de genres photographiques qui se rejoignent pour caractériser le désert de différentes façons. Pour commencer, le paysage est photographié de façon ‘neutre’ et documentaire pour montrer ses caractéristiques physiques et les signes de la désertification – la traversée sur la terre desséchée d’anciens pâturages, signes d’une vie nomadique disparue, l’espace indéfini de plantes et d’arbres morts suivi de soupçons de vie végétale.
Et puis le ressenti intérieur interpellé par cet environnement est exprimé de façon plus symbolique et intuitif avec une place plus importante laissée à l’esthétique, à travers la beauté des sculptures naturelles formées par le vent, le sable et la lumière.
Pour moi, ce désir d’aller à l’essentiel, ma recherche de simplicité, d’épuration sont des phénomènes récurrents que j’aime exprimer dans mes photographies à travers les qualités plastiques et graphiques de mon sujet. La recherche de la sobriété dans mes compositions est un choix.
« Voir loin et clair » sont des mots de Théodor Monod qui après une longue marche expriment cette clarté de pensée qui émerge après quelques jours à se ‘perdre’ dans l’espace et le silence.
Ce cheminement remet l’homme à sa juste place – et ne le laisse pas insensible aux conséquences de ses modes de vies sur l’environnement, à la puissance de la nature à se transformer et se régénérer et à son incroyable beauté.
Ce voyage n’était finalement qu’un repérage pour le début d’un projet à venir qui réunirait mes deux approches photographiques.

BIOGRAPHIE
Après plusieurs années passées en Chine et en Angleterre, j’ai fait le choix de vivre dans un endroit reculé des montagnes ariégeoises dans les Pyrénées.
Mon parcours a été marqué par mes lieux de vie, dans lesquels je me suis investie au travers de projets photo-documentaires.
Toujours dans la découverte, j’explore aussi de nouvelles façons de photographier et m’inspire de la nature et de mes voyages pour créer des images plus intimes .

Mon travail «fine-art», c’est mon paysage intérieur. Ce sont souvent les qualités plastiques et graphiques de mon sujet qui m’interpellent et je porte une grande importance à la sobriété et l’équilibre dans mes compositions.
J’aime aussi capturer l’essence de ce que je photographie, et à partir d’un lieu, quel qu’il soit, je retiens un détail qui va être mon sujet d’étude photographique jusqu’à ce que l’image juste émerge!.
Au travers d’études variées, on retrouve des images souvent abstraites, pures, graphiques, simples, intemporelles et énigmatiques.

Mon travail documentaire traite de sujets sur l’identité liée à la mobilité géographique et aux modes de vies (choisis ou imposés) auprès de populations en marge.
Mes projets sont souvent participatifs afin de recueillir les perceptions des participants à travers leurs histoires de vies, témoignages ou leurs propres photographies sur un thème particulier.

www.sandrinerousseau.com