Joseph Marando est photographe quasiment depuis toujours, dès l’adolescence  il se passionne pour l’image, et par l’expression humaniste des maîtres en photographie des années 60/70 et actuels.

Issu de l’immigration, d’origine Italo/marocaine, il choisi de devenir français,  et s’imprègne pour se fondre totalement dans la culture qu’il revendique de son pays d’accueil.  Ce qui ne l’a jamais empêché de retourner vers ses origines en Italie dans un premier temps, en réalisant des reportages de commande pour le compte d’organismes de L’ONU, et d’autres … Et par la suite son terrain photographique de prédilection restera jusqu’à ce jour le pays maternel, le Maroc ou il s’investit dès les années 90 en ayant obtenu le  prix Léonard de Vinci du Ministère des Affaires Etrangères française en une résidence artistique de 6 mois à travers le pays. A la suite de ce séjour, capté par le Maroc, il animera des ateliers de pratique photographique dans plusieurs facultés, (Ben M’Sik à Casablanca, à Mohamedia et encore aujourd’hui à Agadir … ).
Il sera invité aux manifestations (expositions et album collectif) de l’année du Maroc en France en 1998 et à celle de l’année du Maroc en Espagne en 2004. Parfois en résidence artistique, il expose aussi  dans les instituts français du Maroc, Tanger, Tétouan, Rabat, Fès, Meknès, Casablanca, Agadir, Marrakech.

Fès, la ville de son grand-père, restera depuis le début de sa présence au Maroc la ville qu’il privilégie et qui l’inspire. Deux ou trois fois par an il parcoure  la médina et réalise un travail suivi !

Aujourd’hui tout en continuant son travail professionnel de reporter-photographe  pour l’organisme des Activités Sociales des Industries Electrique et Gazière (CCAS). Il mène, de front son activité de photographe auteur, et de réalisateur de films documentaires, en utilisant ses propres archives photographiques.
Il prépare actuellement un film documentaire sur la Médina de Fès, avec ses images collectées depuis les années 90.